]
Les quotidiens du 26 Jul 2017
[ Midi ]
[ Express ]
[ Moov ]
Home Vie politique Dossier Madagascar Justice. Que le PM Mahafaly Olivier se méfie vraiment de Rolly Mercia

Madagascar Justice. Que le PM Mahafaly Olivier se méfie vraiment de Rolly Mercia

Le problème concernant la grève Syndicat des Magistrats de Madagascar est simple, Monsieur le Premier ministre de (deuxième) combat: il faut appliquer (exécuter) la loi et non s’embarquer dans une phraséologie répétitive inutile et vouloir créer une autre entité encore plus inutile et illégale, car allant à l’encontre du principe de la séparation des pouvoirs.


Par ailleurs, si j’ai un conseil personnel à lui donner, c’est de se méfier du ministre de la Communication actuel. En effet, concernant le Syndicat des Magistrats de Madagascar ou SMM, c’est lui qui a inséré cette histoire de «poursuites judiciaires même contre certains magistrats», dans un communiqué de presse officiel (ci-dessus). Or, il n'était même pas présent lors de ce conseil du 16 mai 2017. Mais il a été vite démenti par la suite par le Chef de gouvernement.


Ainsi, pour le ministre Harry Laurent Rahajason alias Rolly Mercia, «la majorité de magistrats en fonction dans tout le territoire national, n'ont pas (n'a pas est l'orthographe grammaticale correcte) observé la grève préconisée par le Syndicat des Magistrats de Madagascar (SMM)»

Et c’est encore lui qui, récemment, dans un autre communiqué officiel, a minimisé la seconde grève du SMM dans tout Madagascar. A présent, il est désavoué par le PM à travers cette entrevue du 14 juillet 2017. PM qui parle sans ambages de «la gravité du problème». Il? Mais Harry Laurent Rahajason alias Rolly Mercia, of course!


Son poste avant sa re-nomination imposée par un conseiller présidentiel très... spécial. Mais cliquez donc ici... Cela s'appelle aller d'un extrême à l'autre en langage politiquement correct...

Qu'il se rende donc à Ampanihy, Ambovombe, Taolagnaro, Farafangana, Mananjary, Manakara, Betroka, Toliara, Ihosy, Fianarantsoa, Ambositra, Antsirabe, Antsiranana, Antalaha, Analalava, Maroantsetra, Maintirano, Tsiroanomandidy, Miarinarivo, Akazobe, Morondava, Miandrivazo, Cour Supreme Anosy, Cour d'Appel Anosy TPI Anosy, Toamasina, Vatomandry, Port Bergé, Maevatanana, Fenoarivo Antsinana, Moramanga, Ambatondrazaka, Mahajanga, Ankazoabo, etc… Et qu'il ose déclarer ensuite que les Magistrats qui s'y trouvent ne font pas la grève.

Etrange: Harry Laurent Rahajason, ministre de la Communication et des Relations avec les Institutions a brillé par son absence à la Résidence de France, ce 14 juillet 2017. Comme sa collègue porte-parole du gouvernement, Onitiana Realy, ministre de la population, d'ailleurs

TRANSCRIPTION DES DÉCLARATIONS DU 14 JUILLET 2017, ENREGISTRÉES ET ENTENDUES DANS LA VIDÉO CI-DESSOUS:


« La Présidente [du SMM] n’est pas sur place mais les autres membres ils étaient tous présents donc au palais de Mahazoarivo tout à l’heure. Donc il y a eu quand même, vraiment heu des choses sur lesquelles on s’est mis d’accord. Voilà. Lorsqu’on parle de la lutte contre la corruption, Madagascar -l’état et le gouvernement- est tout aussi préoccupé par vraiment ces ces ces, ces, je dirais donc ces ces ces ces ce problème, ce fléau qu’est la corruption. Donc, de ce côté-là, on parle le même langage.

Lorsque le SMM insiste sur la nécessité de mettre en place une justice indépendante, c’est déjà inscrit dans la constitution, dans les dispositions constitutionnelles. C’est pas le Président [de la république] qui va contredire donc, les membres du SMM; c’est pas le Premier ministre. Donc on s’est mis d’accord sur ces points sur lesquels on peut pas, je dirais, donc, déroger. Bon, voilà. Mais, y’a autre chose voilà: une chose est, voilà, la déclaration de ces principes sacro-saints concernant l’autonomie de la justice, mais autre chose est la mise en œuvre, justement, de ces, je dirai, de de de ces principes qui sont contenus dans la constitution.

Membres du SMM, dont le Vice-président Clément Jaona (à dr.) au sortir de la Primature, le 14 juillet 2017 au matin. Leur vision ICI

Alors, nous nous sommes convenus, tout à l’heure, avec le SMM, de mettre en place une structure tripartite donc, la structure va être composée de membres du SMM, quelques représentants du ministre de la justice et aussi des représentants de la Primature pour qu’on puisse voir vraiment ensemble, hein, ce qu’on peut faire pour qu’on puisse vraiment, heu, je dirais, pour qu’on puisse régler vraiment, d’une manière définitive, cette crise qui qui, je dirai, qui mine, justement, le domaine de la justice (Ndlr: Monsieur le PM Olivier Mahafaly ignore donc le principe de la séparation des pouvoir, alors !?).

Voilà. Donc, la Primature, que je dirige, comme le Président [de la république], nous sommes conscients, vraiment, de la gravité du problème, donc c’est pour çà que je me suis permis, avec la permission du Président de la république donc, de d’inviter des membres du SMM; je me suis permis de les écouter; je me suis permis, je me suis engagé également à trouver avec eux donc, ensemble donc, un terrain d’entente pour qu’on puisse vraiment donc pour régler une bonne fois pour toutes donc les problèmes donc qui minent vraiment le domaine de la justice.

Au fond, à gauche, le Président du Sénat, Honoré Rakotomanana, qui s'est remis de son malaise (ICI)

Ma porte est grande ouverte et ma porte sera toujours grande ouverte pour tout le monde, pas seulement pour les syndicats (Ndlr: étrange alors car les huit dénis de Justice à l’encontre des pilotes d’Air Madagascar durent depuis plus d’une année mais il semble que la porte de ce PM n’a jamais été grande ouverte), même pour les simples citoyens. Moi je l’ai déjà dit, moi je le répète et je le répèterai toujours à qui veut m’entendre que moi je suis toujours disponible à recevoir tous les membres donc ce syndicat-là (Ndlr: SMM). Donc, aujourd’hui, c’est pas encore trop tard, mieux vaut tard que jamais. Aujourd’hui donc, voilà, pour des raisons ou un autre, donc voilà aujourd’hui on a proposé cette réunion tant mieux. Donc c’est pour çà moi je dis: restons optimistes. Il faut pas dire c’est déjà trop tard, rien n’est trop tard. Voilà.

Maintenant, c’est à tout le monde de trouver ensemble la solution pour qu’on puisse sortir vraiment de cette crise. Tout le monde est responsable, y’a pas que le gouvernement. Je l’ai dit tout à l’heure : voilà il y a les engagements, hein, des uns et des autres; y’a la revendication ; mais le gouvernement aussi exige, justement, des fonctionnaires, vraiment, des activités, des actions concrètes dans le cadre de la lutte contre la corruption. C’est pour çà que j’ai dit, tout à l’heure, il a été convenu d’un commun accord la mise en place de cette structure pour qu’on puisse vraiment régler, cette fois-ci, vraiment, d’une manière vraiment légale (Ndlr:?), vraiment, tout ces problèmes.

Donc, il est inutile, maintenant de de de de faire la grève, vraiment illimitée; çà, çà ne rime à rien; çà c’est pas pour l’intérêt du pays. Donc, les membres du syndicat (Ndlr: SMM) comme le gouvernement, maintenant, se sont mis d’accord, vraiment, pour s’asseoir d’abord, aujourd’hui, sur une même table, autour d’une même table et aussi pour trouver ensemble, moi j’ai dit pour trouver ensemble des solutions pour régler tous ces problèmes ».

Dossier et transcription intégrale à partir de la vidéo ci-dessus: Jeannot Ramambazafy

Mis à jour ( Lundi, 17 Juillet 2017 04:04 )  
Bannière

Madagate Affiche

 

Madagascar CNIDH. Entre droit de grève et service public

 

Pour lutter contre Lucifer, restons dans la Lumière

 

Madagascar liberté d'expression. Réactions du MLE face aux inepties du régime Hvm

 

Nice, 14 juillet 2017. Mino Razafitrimo ne tombera jamais dans l’oubli

 

Antananarivo, 14 Jolay 2017. Kabarin’ny Ambasadaoro frantsay Véronique Vouland-Aneini

 

Jeannot Ramambazafy: Compte Twitter

 

Lille. Les lauréats des Zama Awards 2017

 

ITEC Alumni Madagascar: des dons pour FIZOMA (Association des Personnes Agées)

 

Madagascar. Père Pedro Opeka: reçu à l’Elysée par Brigitte Macron

 

Afrique Rallyes. Sandy Solofonirina Ramambazafy. Une femme qui fait honneur à son pays